Flash infos
  • L’Eléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d’Ivoire les mardi et vendredi
Accueil / Santé / Visite du CHU de Treichville / L’indicible joie de Raymonde Goudou Coffie !

Visite du CHU de Treichville / L’indicible joie de Raymonde Goudou Coffie !

Après plusieurs années d’agonie essentiellement due à un déficit criard de matériels médicaux dans plusieurs de ses services, le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Treichville est en train de sortir peu à peu de son état désespérant.

Cela, grâce à la réhabilitation et à l’équipement des services défaillants. En vue de se rendre compte de la cure de jouvence subie par cet établissement de santé, Raymonde Goudou Coffie, la ministre de la Santé et l’Hygiène publique a effectué dans la journée du 08/07, une visite à pas de course dans ce centre hospitalier.

Dans le cadre de cette visite, la ministre a successivement visité la salle de réanimation, les salles de chirurgie et l’Institut de cardiologie d’Abidjan. Dans ces différents services réhabilités, ce sont des matériels médicaux flambants qui ont été installés. Il s’agit entre autres de moniteurs de surveillance, des seringues électriques et de respirateurs au niveau de la salle de réanimation, des lits d’opération et des matériels de pointe en ce qui concerne les salles de chirurgie et un système d’imagerie numérisée, d’un injecteur de produit de contraste et d’un système de mesure des pressions intracardiaques au niveau de la nouvelle salle d’angiographie de l’Institut de cardiologie d’Abidjan. Le coût de la réhabilitation et l’équipement des salles de réanimation et de chirurgie est estimé à 10 milliards de franc CFA et celui de l’Institut de cardiologie à 1 milliard 825 millions de franc CFA. Émerveillée par ces résultats, Raymonde Goudou Coffie n’a pu s’empêcher, à la fin de sa visite, de se lancer des fleurs. « Je suis une ministre qui souffle, respire un peu en me disant qu’on commence à arriver au bout de nos difficultés et qu’au fur et à mesure, les populations vont pouvoir apprécier le travail qui est fait.

Nous sommes fiers parce que nous sommes en train, petit à petit, comme nous l’a recommandé le président de la République de changer l’image, la perception et l’approche du système de santé en Côte d’Ivoire. Quand on a vu ce qu’on a vu et ce qu’il y avait, aujourd’hui, on peut quand même se dire qu’on a rien à envier aux Américains, on n’a pas besoin d’aller aux Etats-Unis. Je vous dis : ‛‛restez chez vous’’. Moi-même, je fais mes examens au centre d’imagerie ici, je me soigne ici », a-t-elle expliqué, très émue. « L’Eléphant » présent à cette visite a profité pour demander à la ministre si elle était informée de l’état de délabrement dans lequel se trouve le service de réanimation du CHU de Yopougon. « Yopougon, comme vous le savez, le gouvernement a annoncé que le CHU de Yopougon est totalement dépassé et que le CHU de Yopougon va faire l’objet d’une réhabilitation entière. Et le coût avoisine les 50 milliards de franc CFA. Ce que je voudrais vous dire, c’était un hôpital qui n’était pas destiné à être un CHU, je tiens à le préciser. Le CHU actuel de Yopougon était un hôpital général. Comme cet hôpital est complètement dépassé et c’est la raison pour laquelle le président de la République nous a donné l’autorisation d’entamer les procédures pour qu’on puisse réhabiliter cet hôpital.

Je viens de vous donner le coût estimatif. Nous souffrons franchement. Nous avons dû, pour pouvoir répondre à la demande aux urgences au niveau du CHU de Yopougon, mettre des brancards…Quand on n’a pas suffisamment de brancards pour les (les accidentés), recevoir, on met des matelas. Je vous dis que j’assume ce que je dis parce qu’il faut sauver les populations et le premier réflexe d’un médecin, c’est de sauver la personne qu’il a en face de lui, c’est de ne pas dire : ‛‛je n’ai pas de place, il faut te lâcher’’ ». La réhabilitation au niveau de Treichville, c’est bien. Mais pour se comparer aux Américains, il faudra peut-être attendre un peu.
NOËL KONAN

A propos Casimir KOUADIO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *