Flash infos
  • L’Eléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d’Ivoire les mardi et vendredi
Accueil / Société / Transport urbain / Les syndicalistes de retour sur les routes de Cocody !

Transport urbain / Les syndicalistes de retour sur les routes de Cocody !

Le sourire satisfait des conducteurs de taxi communaux n’a pas fait de vieux os. Ces mesures en fanfares qui fermaient les gares de taxis communaux et interurbains et interdisaient toutes espèces d’encaissements au sein de celles-ci et sur les voies publiques n’auront pas fait long feu.

A l’époque, le premier magistrat de la commune fondant sa décision sur les articles 192 à 196 de la loi N°2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales évoquait le trouble à l’ordre public qui troublait considérablement la quiétude des riverains. «Parce qu’à maintes reprises, vous ne respectez pas vos paroles et nos consignes de sécurité, nous vous avons appelés ici, non pour discuter avec vous, mais pour vous communiquer notre décision. Notre population n’est plus sereine et nos forces de l’ordre sont plus que sollicitées, à cause de l’insécurité que vous créez par le fait des bagarres rangées occasionnées entre vous.

Devons-nous regarder faire ? Non ! C’est notre responsabilité de maintenir l’ordre… C’est pourquoi, réunis ce mercredi 29 avril 2015, en réunion de municipalité, et ayant examiné la situation de dégradation de l’ordre public, nous prenons la décision de fermer, jusqu’à nouvel ordre, les gares de taxis communaux et interurbains, de suspendre, dans les gares et sur les voies publiques, tous les encaissements liés à l’activité syndicale, pour une période de 3 mois, et de faire exécuter ces décisions par les forces de l’ordre que nous allons réquisitionner à cet effet», a signifié le maire N’goan.

Qui a précisé que le Conseil municipal sera saisi, dans les jours à venir, pour délibérer sur une réglementation susceptible de ramener l’ordre et la discipline dans le milieu du transport communal. Et ce, a-t-il insisté, « pour le bien des populations de Cocody, qui ont besoin de sûreté, de tranquillité, de sécurité et de salubrité ». Tel était le discours tenu le jeudi 30 avril 2015 aux « syndicats de transporteurs et relayé par le quotidien « Le Nouveau Réveil ».
Il avait par ailleurs indiqué à l’occasion de cette convocation qu’une réunion avec le Conseil municipal permettrait une réglementation favorable à la discipline au sein de la commune.
Cette mesure d’autorité avait accordé aux populations et aux transporteurs eux-mêmes un certain répit. Dans toute la commune, la police faisait la chasse aux acteurs syndicaux postés avec défiance sur les routes ou dans les gares. Certes les gares transportant les riverains d’une commune à l’autre avaient fini par être réinstaurées mais les gares intercommunales restaient interdites. De sorte que dans toute la commune, les taxis se rendaient aux quatre points cardinaux sans se plier aux caprices des transporteurs. Mais c’est du passé tout ça !

La loi du plus fort
Le mal des syndicats de transporteurs est profond non seulement dans la commune de Cocody mais dans toutes les communes de la ville d’Abidjan.
Dans les rues de Cocody, les acteurs syndicaux sont de retours plus violents et écœurant parfois les clients par leur comportement autoritaire. Des gares sont créées dans toutes les rues au point d’interdire aux clients de prendre leurs véhicules où bon leur semble. Sur la route, c’est la loi des agents de syndicats, souvent violent qui à coup de baffes, de coups infligent des humiliations aux apprentis Gbakas et aux chauffeurs de wôrô wôrô. Le désordre est de retour à prendre ou à laisser !
Certains transporteurs sont résignés et dénoncent la complicité de la mairie. « Est-ce que ça là ça peut finir un jour ? La mairie sait ce qu’elle gagne dans cette affaire ». Se complaint un chauffeur de taxi aux oreilles du quadrupède qui n’oserait faire peser aucune espèce de soupçon sur la Mairie de la commune…
BABETH BERIYTH

A propos Casimir KOUADIO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *