Flash infos
  • L’Eléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d’Ivoire les mardi et vendredi
Accueil / L'Humeur de la semaine / L’humeur de Francis Taky / Tout, sauf l’essentiel…?

L’humeur de Francis Taky / Tout, sauf l’essentiel…?

La Côte d’Ivoire amorce l’émergence ou va amorcer l’émergence, c’est selon. Mais déjà, les discours des autorités administratives et politiques liassent croire que  nous sommes déjà de plein pied dans l’émergence qui est sur toutes les lèvres. Un slogan qui noie d’ailleurs  le programme de société de l’ex-candidat à l’élection présidentielle, l’actuel chef de l’Etat, Alassane Ouattara. C’est de bonne guerre, d’autant plus que ce sont les Ivoiriens à terme qui se sentiront mieux et vivront mieux le «  vivre ensemble ». Mais cette propension à  vouloir vite atteindre l’émergence fait oublier l’essentiel, sinon le minimum pour s’installer dans la communication.  Du chemin a  été parcouru certes, au regard de la crise aiguë que  la Côte d’Ivoire a  vécue  cette dernière décennie, mais  trop de communication et du bruit sur des événements qui n’en valent pas la peine donnent la nette impression que le gouvernement et surtout nos hommes politiques perdent de vue l’essentiel qui devrait nous conduire à l’émergence.

On passe plus de temps à passer du vernis sur le vieux meuble que de toucher le problème qui est le bois en état de décrépitude. Les problèmes, les vrais problèmes, sinon les problèmes sérieux, il en existe dans ce pays.  Depuis plusieurs années, pendant la saison des pluies, ce sont des familles entières qui sont endeuillées.  De discours en discours, on se retrouve toujours au finish avec la compassion du gouvernement aux familles des victimes, des pleurs et des enveloppes. La situation ne change presque pas.  Pour cette année, l’on dénonce déjà  huit morts pour cause de pluie. Quand on sait que, chaque année, à la même période, la pluie va faire des dégâts… Ne faudrait-il pas prendre des mesures fortes visant à éviter  ces drames ?

On a  festoyé parce que la Côte d’Ivoire est élue membre non permanent du conseil de sécurité de l’Onu….Mais  en réalité, qu’est-ce que cela change au quotidien des Ivoiriens ?  Pas grand-chose. Surtout que ce n’est pas la première fois que la Côte d’Ivoire occupe ce siège de membre non permanent du conseil de sécurité, comme ce fut le cas pour la période de 1964-1965  et 1990-1991 avant de présider la 49ème Assemblé générale du Conseil de sécurité de l’ONU en 1994 avec Amara Essy.

Les médias déploient toute leur attention sur la rencontre de notre président, en France, avec Emmanuel Macron en tant que premier président africain après son élection. Quel honneur ! Dans un monde où les pays rivalisent sur le plan économique et technologique, les  chefs d’Etat africains s’enorgueillissent d’être reçus  les premiers à l’Elysée, à la venue d’un nouvel occupant. La Françafrique aura encore de longs jours devant elle donc…

Dans ce monde moderne et en pleine évolution, en plein 2017,  avoir des bus, un plateau de télévision, est plus qu’un exploit. Des centaines de milliers de franc sont casqués pour organiser des cérémonies de réception de vieux bus  et de plateau usités. Nous sommes en 2017. Nous avons encore des analphabètes dans notre armée et l’on s’emploie à  justifier cela par leur bravoure. Alors qu’aucune guerre, en ce moment, dans ce monde ne se fait avec uniquement la force physique. C’est désormais la guerre de l’intelligence. Le matériel utilisé pour le combat, pour la défense a besoin d’intelligence pour son utilisation et non uniquement de muscles.

L’essentiel donc pour arriver à l’émergence est de se mettre  résolument au travail, en érigeant le travail en valeur. Travailler à la moralisation de la vie publique, décourager toutes formes de raccourcis sont, entre autres, les voies de notre développement. Et Descartes le dit si bien en suggérant aux humains de travailler à se rendre « maîtres et possesseurs de la nature » par le travail.  Prendre  le désert pour échouer dans la mer n’est donc pas la solution pour notre épanouissement.

F.T

A propos Casimir KOUADIO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *