Flash infos
  • L’Eléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d’Ivoire les mardi et vendredi
Accueil / Gouvernance / Côte d’Ivoire/Primature – Ce « donc » qui fatigue notre Premier ministre

Côte d’Ivoire/Primature – Ce « donc » qui fatigue notre Premier ministre

Le Premier ministre était sur les antennes de la télévision RTI1 le Jeudi 27 avril dernier à l’émission dite « Les 100 jours ».

Pour les 100 premiers jours, il est de coutume dans les pays qui se réclament de la démocratie que plusieurs sujets soient passés généralement en revue, et particulièrement pour la Côte d’Ivoire : Le logement, l’Agrobusiness, l’emploi des jeunes, la Sotra via le Transport, l’autoroute, la sécurité… Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a fait le bilan des 100 premiers jours de sa gouvernance, au cours d’une émission-bilan sur les ondes. Pendant plus d’une heure, le nouveau Chef du Gouvernement était avec les journalistes Agnès Kraidy de Fraternité Matin, Adama Koné et David Mobio de la RTI, les questions économiques, sociales et sécuritaires. Le Premier ministre a semblé rassurer quant à la bonne santé de l’économie ivoirienne malgré la chute des cours du cacao.  Selon lui, ces difficultés ne doivent pas occulter les importants défis à relever pour que le pays atteigne l’émergence en 2020. On dit Amen ! S’il faut dire qu’il a semblé maitriser le sujet principal de sa présence sur les antennes de cette télévision, il est aussi bon de révéler son emploi excessif de donc.

Suivons-le un peu donc

Répondant bien à une question de David Mobio, on l’a entendu dire : « … Moi j’ai foi donc à l’économie donc de notre pays, et je sais donc que nous allons donc continuer de travailler de telle sorte que la redistribution… Nous avons déjà fait pas mal et il reste encore beaucoup à faire… » Donc on vous suit donc bien ! Bravo donc ! Il nous est venu à l’idée de jeter un coup d’œil sur le contenu que certaines personnes ont pu donner à donc.

Ailleurs, on a…

« DONC Conj. Adv. et Particule :

Conjonction, adverbe et particule de coordination, dont la place est assez mobile dans la phrase, et qui sert tantôt à relier logiquement une phrase ou une proposition à une autre, tantôt à renforcer une phrase, une proposition ou un mot.

I.− Conjonction de coordination exprimant la conséquence ou la conclusion d’énoncés immédiatement antécédents (valeur logique; introduit une phrase, un membre de phrase ou une proposition)

A.− Emploi en constr. simple

  1. Pour introduire et exprimer le résultat, la conséquence de ce qui est exprimé précédemment, affirmation ou événement. Synon. en conséquence, par conséquent, partant, par suite, d’où.
  2. a) Pour exprimer la conséquence d’un fait énoncé dans la phrase précédente (après virgule, point virgule ou double point). Il a souvent été en rapports avec Grey; il en parle donc, lui, en connaissance de cause (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 516).J’ai pensé qu’Hector devait être encore enfermé; je suis donc montée par le petit escalier (Aymé, Cléramb.,1950, p. 75).

− Après une loc. verbale indiquant une nécessité ou une évidence : c’est donc que, il faut donc, il doit donc, vous voyez donc que… À une heure, l’équipe de sœur Céline et de Léon allait revenir : avant une heure, il fallait donc que ce fût fait.

  1. Vous allez déjeuner d’abord et vous visiterez le cloître ensuite. Seulement, je ne peux pas inviter une dame à la table des hôtes : il vous faudra donc manger hors de la clôture.

− Dans une phrase elliptique du verbe, après un mot autre que le verbe, souvent en seconde position dans la phrase :

  1. Oh! C’est entendu, je ne suis pas une mère romaine. J’en conviens. Inutile donc que tu le redises et que je le redise sur tous les tons. Montherlant, L’Exil, 1929, I, 4, p. 43.

− En partic., après des loc. verbales indiquant une nécessité ou une obligation : il faut donc que, il (ne) peut donc (pas), il est donc dans l’obligation de… Je suis donc dans la désolante nécessité de procéder à des compressions de personnel (Camus, Caligula, 1944, II, 5, p. 38).

  1. b) Pour exprimer la conséquence ultime résumant les conclusions partielles énoncées dans plusieurs phrases précédentes (lettres, discours, etc.) La question est donc de savoir si… :
  2. … votre concierge m’a appris ce matin que vous étiez absent et ne rentriez que ce soir. Je suis moi-même obligé de partir pour Lyon lundi matin et ne pourrai repasser chez vous. Voudriez-vous donc avoir l’obligeance de remettre vous-même le manuscrit de Suarès à Valette à qui je l’ai annoncé? Claudel, Correspondance [avec Gide], 1906, p. 63.

− En partic, pour exprimer la conclusion d’un événement, le point d’une situation. Enfin, ainsi, aussi, bref, en somme, en conclusion. Donc, en voiture, mon cher confrère, en voiture (Romains, Knock, 1923, I, p. 7).

  1. Pour introduire la conclusion d’un raisonnement, notamment la troisième proposition d’un syllogisme.

Dites donc à notre Premier ministre qu’il est bien suivi. Et qu’à cette place, à « L’Eléphant », seuls ses défauts seront mis sur la place publique ; bien entendu, poliment !

ANTOINE EDO

A propos Casimir KOUADIO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *