Flash infos
  • L’Eléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d’Ivoire les mardi et vendredi
Accueil / Accueil / Côte d’Ivoire: Le Grand Schéma de 2020

Côte d’Ivoire: Le Grand Schéma de 2020

Une nouvelle constitution qui fait sauter l’âge limite pour être candidat à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, un ex-premier ministre, fidèle parmi les fidèles de notre président, membre du parti démocratique de Côte d’Ivoire, qui est nommé vice-président. Un autre fidèle parmi les fidèles de notre président, ex-secrétaire général de la Présidence avec rang de ministre d’Etat, qui atterrit à la Primature. Un nouveau gouvernement de 28 membres plus un secrétaire d’Etat, expurgé de 14 membres remplacés par des hommes qu’on connait plus ou moins, voilà le grand Schéma de 2020 qui se met en place, sous nos yeux.  Pour peu qu’on suive attentivement le jeu politique en Côte d’Ivoire, on comprend, avec la mise en place de ce nouveau gouvernement, que les grandes manoeuvres pour la conservation du pouvoir d’Etat ont véritablement commencé. Les Ivoiriens, majoritairement, attendent un renouvellement en profondeur de leur classe politique à partir de 2020. Les tenants actuels du pouvoir en sont conscients qui y réfléchissent chaque matin en se rasant. Les présidents Ouattara et Bédié y travaillent en plaçant leurs hommes afin de partir en 2020 pour mieux rester. A compter de la mise en place du nouveau gouvernement, tout faux pas sera payé cash et il n’y aura pas de seconde chance pour l’ensemble des ministres. Celui qui sortira du gouvernement sous la clameur publique ne retrouvera plus de place dans le Grand Schéma et ne devra s’en prendre qu’à lui-même dans un contexte où les ivoiriens appellent à plus de vertu et d’éthique au sommet de l’Etat. Au Rdr comme au Pdci, chacun sait que les rangs de l’alliance, à travers une saine distribution des responsabilités, doivent être resserrés pour faire face à tous vents contraires qui ne manqueraient pas de souffler et que la chasse aux vrais leaders dans chaque hameau de Côte d’Ivoire pour le renouvellement du personnel politique ne sera pas de tout repos. Les dernières législatives ont donné des indications sur le désir de changement des Ivoiriens, déçus par la façon dont la politique est pratiquée dans leur pays, par presque toujours les mêmes personnes depuis des décennies. Les têtes de pont de l’actuel régime, apparemment, ont compris le message et s’attellent à isoler toutes les sources d’influence contraires à la réussite du Grand Schéma de 2020.

« L’Eléphant » ne le sait que trop. Contrairement à une idée reçue, le pouvoir d’Etat est actuellement concentrée entre une dizaine de petites mains et des gens qui étaient perçus comme ayant du pouvoir, en réalité, ne brassent que du vent et, ont leur destin, au bouc d’une simple signature qui peut tomber à tout moment. Conséquence, puisqu’il ne s’agira pas de conserver le pouvoir à coups de canons, il n’y aura pas de cadeau pour tous ceux qui, par leurs actions dans le gouvernement actuel, mettront à mal les fondations du Grand Schéma. Les nominations d’Amadou Gon Coulibaly et de Kablan Duncan sont des messages que tous les cadres du RHDP, du moins ce qu’il en reste, comprennent aisément. Ceux qui doivent faire 2020 sont connus et il n’y aura pas de surprises. Au RDR, il n’y aura, contrairement à ce que l’on pense, aucune guerre de succession à Ouattara. Les forces en présence se connaissent et chacun sait sa place. Il en sera de même au PDCI, tout est mis en oeuvre pour…et cela, d’autant plus que, manifestement, le FPI, sans boussole, a décidé, qu’on prenne la branche dirigée par Affi N’Guessan ou par Sangaré, de se saborder. Dans le silence de Laurent Gbagbo, préoccupé par autre chose en ce moment. Une situation qui, on l’imagine, arrange bien les affaires des tenants actuels du pouvoir qui savent que la nature a horreur du vide et, qu’à force de se complaire dans le déni, le parti de Gbagbo n’aura plus que des partisans sans papiers pour participer à un quelconque processus électoral. Le MFA ou ce qu’il en reste, l’UDPCI de Mabri Toikeusse et l’UPCI de Gnamien Konan ont été sortis du RHDP qui ne possède plus en réalité que deux pieds. Le PDCI et le RDR. Un étrange retour des choses pour une seule perspective: 2020. Le RDR sans le PDCI, ne pourra pas. Le PDCI sans le RDR, ne pourra pas. Il suffit de voir la composition du nouveau gouvernement pour le comprendre. Entre les deux partis, il faudra trouver de nouvelles figures, de nouveaux leaders ayant une crédibilité reconnue. C’est là, tout le Grand Schéma.

D.S.041214-034451

A propos Antoine ASSALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *